[Actualité] - [Annonces] - [Archives]
La Une n°612 du 08 au 14/07/2009
La Une du n° 612
ACTUALITE : N°612 du 08 au 14 juillet 2009

Partenariat France-Burkina : Revue à mi-parcours du document cadre
Le Document-cadre de partenariat (DCP) est la charte qui fixe les grandes lignes de la coopération Burkina-France. Les représentants des Etats-parties qui interviennent dans la mise en œuvre de ce document se sont retrouvés le mercredi 1er juillet 2009 à Ouagadougou en vue de faire une revue à mi-parcours dudit document qui aura permis dans la réalisation des actions prévues d’opérer des décaissements. Il s’est agi donc de voir au cours de la rencontre si les actions menées l’étaient en conformité avec les directives inscrites dans le DCP ; mesurer les résultats atteints et faire des recommandations pour d’éventuelles recadrages. Il est ressorti à l’occasion que sur les 112 milliards de francs décaissés c’est un montant de 89,3 milliards qui ont été engagés. L’aide publique au développement de la France est de 53 milliards pour les secteurs de concentration, qui sont l’éducation (15 milliards), l’eau et l’assainissement (6 milliards) et les infrastructures. L’aide budgétaire représente environ 15,4 milliards de FCFA et couvre l’ensemble des activités de l’Etat. Quant aux prêts ils s’élèvent à 27 milliards de FCFA et représentent un quart du total des décaissements. Les fonds ont servi à appuyer le secteur du coton, de l’éducation à travers le PDDEB, et à financer certaines société telles la SONABEL ou SOCOMA sous forme de prêts.
Le directeur de l’Agence française de développement, Patrice TRANCHANT a révélé que l’aide française s’est caractérisée par son rôle de chef de file des PTF.

Céline YODA appelle ses agents au respect des horaires de service
Céline YODA appelle ses agents au respect des horaires de serviceLe ministre de la Promotion de la Femme, Mme Céline YODA/KONKOBO a eu une rencontre d’échanges le mardi 22 juin 2009 avec les agents des services centraux, des services rattachés et de missions auprès de son département, ainsi que les agents de la direction régionale de la Promotion de la femme du Centre. Elle a tenu à l’occasion à adresser d’abord ses félicitations aux agents pour les bons résultats atteints dans l’organisation des grandes manifestations à l’image du forum national des femmes, la Journée internationale de la femme, la Journée de la lutte contre les violences à l’égard des femmes, la Journée de la femme rurale. Elle a invité ses agents à persévérer dans l’effort pour plus de victoires éclatantes à l’avenir. Elle a, en outre, remercié les agents pour leur forte mobilisation et la solidarité dont ils ont fait preuve à l’occasion de certains évènements, douloureux et moments difficiles ayant frappé et survenus dans la vie de certains agents, à savoir la disparition de deux agents décédés en avril 2009 à la fleur de l’âge de même que la maladie d’autres agents. C’est pour faire face à ce genre de situations qu’une mutuelle des travailleurs de son ministère a été mise en place selon Mme la ministre en mai 2009 et à laquelle elle demande l’adhésion de tous les agents. Elle s’est ensuite penchée sur les résultats des contrôles effectués par l’inspection technique des services du ministère sur le respect des heures de travail qui n’a pas donné de résultats satisfaisants. Alors elle a appelé ses agents à se conformer aux lois et règlements en vigueur en respectant scrupuleusement les heures de services toute chose qui passe d’abord par l’exemple que doit donner les responsables. Enfin la parole a été donnée pour le point des divers aux agents qui ont pu poser des questions touchant à la sécurité des agents au service, les marchands ambulants, etc. Il a été souhaité que ce genre de rencontres puisse se tenir une fois par trimestre et Mme le ministre a exhorté le personnel à relever les défis pour la promotion de la femme en donnant le meilleur de lui-même.

L’école des jeunes aveugles de l’UN-ABPAM a clos ses activités scolaires
Odile BONKOUNGOUC’était le 30 juin dernier au sein de l’établissement, en présence du ministre de l’Enseignement de base et de l’Alphabétisation, Mme Odile BONKOUNGOU. Les élèves aveugles ou malvoyants de l’Union nationale des associations burkinabè pour la promotion des personnes aveugles et malvoyantes (UN-ABPAM) ce jour ont montré que « perdre sa vue n’est pas synonyme de perdre sa tête, ni perdre sa vie », foi du ministre BONKOUNGOU. En témoigne effectivement les résultats satisfaisants que les élèves ont fournis après 9 mois de dure labeur. La directrice de l’école, Mme Justine KABORE a fait le point des résultats au titre de l’année 2008-2009 : 61,22% de taux de passage en classe supérieure, 66,66% de taux de réussite au CEP (6 admis sur 9 candidats présentés 47,36% de taux de réussite au BEPC (9 admis sur 19 candidats présentés) et 100% au Baccalauréat (le seul candidat présenté admis). Les responsables de l’école ont donc remercié la ministre pour son soutien (mise à disposition de 5 enseignants, deux millions comme soutien aux activités de l’école) qui a aussi participé à l’atteinte de ces résultats. Les difficultés que rencontre l’école (approvisionnement en vivres pour la cantine, dotation de manuels scolaires et de matériels didactiques inutilisés parce qu’inadaptés, présence d’enseignants spécialisés relevant du MEBA, mais dont la formation et la qualification ne sont pas reconnues par l’Etat, etc.) ont été portées à la connaissance de l’autorité. Odile BONKOUNGOU prenant la parole a alors félicité les formateurs et les élèves de l’école pour les résultats atteints. Elle a par ailleurs promis d’accorder une attention particulière aux doléances émises. Des réjouissances sous forme de chants, de skechts, de défilé de mode, de musique etc., ont contribué à agrémenter la journée.

La CARFO soucieuse de la gestion des prévisions des agents publics
Les 23, 24 et 25 juin 2009 dans la salle de conférence de la CARFO à Ouagadougou, les premiers responsables de ladite institution et la direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique ont organisé une rencontre placée sous l’égide du ministère de la Fonction publique et de la Réforme de l’Etat. Ces deux institutions impliquées dans le traitement des dossiers et le paiement des pensions des agents retraités de la Fonction Publique se sont penchées, au cours de la rencontre, à la mise en œuvre des recommandations émises par les trésoreries régionales à la rencontre des 18 et 19 juin 2008. Les difficultés relevées ont pour noms : non respect des programmes de paie par les retraités, les lenteurs dans le traitement des demandes des pensionnés au niveau de la CARFO, les erreurs constatées sur les pièces comptables transmises par la CARFO, les difficultés de paiement à domicile ou à l’hôpital, les paiements par procuration et enfin, les difficultés relatives à la mauvaise circulation de l’information entre la CARFO et le Trésor public. Cette rencontre qui a connu la participation des 13 trésoriers régionaux, de l’agent comptable du Trésor, de la paierie générale, de la recette générale, du trésorier des missions diplomatiques et consulaires, de l’association nationale des retraités du Burkina et de celle des anciens combattants et anciens militaires ont dégagé des perspectives qui renforceront la bonne collaboration nécessaire à une offre de services de qualité aux usagers de la CARFO. Ils ont souhaité par ailleurs que ce genre de rencontre se tiennent deux fois l’an. Le ministre Soungalo OUATTARA de la Fonction publique est venu en tant qu’invité surprise encourager les agents et souhaiter que la collaboration CARFO-Trésor soit renforcée pour une déconcentration du paiement des pensions dans la ville de Ouagadougou.

Décisions de justice : L’exécution pose souvent problème
L’affaire EROH/BIB continue de défrayer la chronique dans certains milieux. En effet, on peut affirmer que malgré les difficultés qui ont émaillé le jugement du dossier, la justice burkinabè contre vents et marrées, a pu faire son travail, avec en sus une décision. Du Tribunal de grande instance de Ouagadougou à la Cour commune de justice et d’arbitrage d’Abidjan en passant par la Cour d’appel, la Cour de cassation et le Conseil constitutionnel, la décision a été la même : la BIB à été condamnée a payer plus de 3 milliards à la société EROH. Et certains se demandent où est le problème ?
Le problème, pour répondre à la question, est que la BIB devenue BIB-UBA « refuse » de s’exécuter.
Toutes les tentatives de la société sont restées vaines. L’huissier de justice en charge de l’exécution est toujours « persécuté » par des coups de fil menaçant qui viennent « d’en haut ». Bref, on sait que la justice burkinabè est accusée de tous les péchés d’Israël. Si à cela vient s’ajouter le fait que ses décisions ne sont pas exécutées, il y a vraiment péril en la demeure. Il est donc temps que les autorités se penchent sur cette affaire EROH/BIB. C’est pour l’exemple !

Audience présidentielle
Le président du Faso, Blaise COMPAORE a aussi reçu le 04 juillet dernier le président de la Commission électorale indépendante (CEI) de la Côte d’Ivoire, monsieur Robert Beugré MAMBE. Il a déclaré, après l’audience à lui accordée être venu faire au président du Faso le point de l’opération d’identification de la population et du recensement qui a pris fin le 30 juin 2009, conformément au chronogramme arrêté lors de la dernière réunion du Cadre permanent de concertation (CPC) de l’Accord politique de Ouagadougou. C’est au total 6 à 7 millions de personnes qui ont été enrôlées, selon le président de la CEI. Il reste à engager l’opération de traitement des listes afin de fournir une liste provisoire à l’issue d’un délai de 6 semaines. Un mois et 8 jours seront par la suite consacrés aux règlements des différents contentieux tandis que la fabrication des cartes se fera au fur et à mesure que les listes seront prêtes, leur distribution devant s’arrêter 72 h avant les élections.

Les Américains du Burkina ont fêté leur Independance Day
La fête de l’Indépendance des USA est commémorée chaque 4 juillet de l’année. Pour cette année 2009, qui marque le 233e anniversaire, les Américains résidents au Burkina Faso se sont retrouvés avec des convives burkinabè pour commémorer cette anniversaire marquée par la crise économique et financière née aux Etats-Unis. En l’absence de l’ambassadrice nommée mais pas encore arrivée, c’est le chargé d’affaires, Samuel LACUCHLI qui a ce 3 juillet dans la soirée tenu le crachoir pour livrer le mot de la représentation diplomatique. Cette soirée aux dires du chargé d’affaires est sobre et reflète les problèmes auxquels le monde et l’Amérique sont confrontés. Cependant pour lui il y a de l’espoir. Il ne faut pas se laisser aller au découragement car l’Amérique elle-même s’est toujours bâtie sur l’espoir. De même la déclaration d’indépendance du 4 juillet 1776 est fondée sur l’espoir, pareil pour la plaidoirie de Thomas JEFFERSON, chargé par le congrès des USA. Le chargé d’affaires n’a pas manqué de comparer notre pays à un pays d’espérance. Pour lui malgré son isolement géographique, son climat aride et la pauvreté qui sont le quotidien des Burkinabè, notre pays espère sortir de cette situation en témoignent les réformes économiques, le processus de démocratisation, le partenariat avec les USA, l’accès à la santé et à l’éducation qui sont des actions prioritaires pour notre pays.

Sortie de promotion à ISTIC
Avec pour parrain le Directeur général des Editions « Le Pays », Boureima Jérémie SIGUE, l’Institut des sciences et techniques de l’information et de la communication (ISTIC) a organisé le samedi 4 juillet dernier au CENASA, à Ouagadougou sa sortie de promotion 2009 placée sous le patronage de la présidente du Conseil supérieur de la communication (CSC), Béatrice DAMIBA. Ce sont 93 nouveaux agents de la presse écrite et audiovisuelle (11 conseillers, 40 assistants et 42 agents spécialisés de l’ISTIC qui viendront augmenter l’effectif du personnel des médias. Le représentant de cette promotion 2009 a dit sa joie et celle de ses camarades de la formation reçue malgré les difficultés rencontrées qui avaient pour noms absence de car pour le transport des étudiants dans le cadre des activités académiques, la vétusté du parc informatique et de la bibliothèque, l’absence d’appareils d’enregistrements et de montage etc. Le parrain de la cérémonie, quant à lui, a remercié les enseignants pour le travail abattu, il a parlé en bien de l’ISTIC qui est l’un des « principaux pourvoyeurs des médias d’Etat en personnel ». A l’endroit de ses filleuls, il fera savoir que ce métier est redoutable et leur a de ce fait prodigué de nombreux conseils. Au cours de la cérémonie, des distinctions ont été décernées à des structures partenaires de l’ISTIC tel l’Observateur Paalga..o

.

 

 

.

.

INFOS FLASH
LES MEDIAS DU FASO
LES DOSSIERS
index.gif
 
ZEDCOM © 2008 Tous droits réservé